Développement des circuits courts : la Chambre d’agriculture s’engage

Répondre à une demande sociale, contribuer à assurer plus de valeur ajoutée sur les exploitations, les circuits courts sont des débouchés à étudier. Mais comment trouver de nouveaux débouchés, dynamiser votre chiffre d’affaires, travailler en partenariat ?
Le recensement agricole de 2010 a identifié 194 exploitations auboises commercialisant tout ou partie de leurs produits en circuits courts, hors viticulture (données Agreste). Un circuit court est généralement un mode de commercialisation direct entre producteurs et consommateurs. Entre les deux, il peut y avoir aussi un intermédiaire, lequel s’occupe de vendre les produits, transformés ou non, aux consommateurs (voir schéma). Il s’agit dans ce cas de vente indirecte.

Les intérêts du “Made in Local” 

La commercialisation en circuits courts comporte de nombreux intérêts :
  •     soutenir l’économie locale en maintenant une agriculture de proximité,
  •     développer le chiffre d’affaires des exploitations agricoles par la création de nouveaux débouchés,
  •     favoriser la diversification de la production sur les exploitations,
  •     encourager une production de qualité,
  •     encourager une consommation de produits de saison et de qualité.
  •     sensibiliser la population aux enjeux de l’agriculture durable et de la consommation responsable.
Les ambitions et les actions de la Chambre d’agriculture en faveur des circuits courts

La Chambre d’agriculture apporte une solution structurée et rentable de développement de la vente directe dans toutes les filières. Par des actions de communication et de sensibilisation auprès du grand public, elle contribue à recréer le lien entre les consommateurs et les producteurs.
La Chambre d’agriculture accompagne les producteurs dans le lancement ou le développement de leurs ateliers de diversification.
Si vous avez un projet de diversification, Marc SCHREIBER, conseiller d’entreprise peut vous accompagner et étudier avec vous les possibilités de financements de votre projet. 

Depuis un an, Alexandra BOLLAERT, chargée de mission Circuits courts, est également à votre disposition pour vous renseigner sur les différentes démarches engagées par la Chambre d’agriculture (voir encadré « Focus sur les circuits courts dans l’Aube »), que ce soit sur des projets de vente directe ou de vente indirecte. Un accompagnement est également possible : création d’un point de vente collectif, labellisation Bienvenue à la Ferme, approvisionnement de la restauration collective…
La Chambre d’agriculture crée du lien entre les producteurs et les acheteurs. En 2011, elle a mené une grande enquête auprès des producteurs et des collectivités pour connaître le niveau de l’offre et de la demande en produits locaux. L’opération « Croque ta Région » a permis en octobre 2011 de faire un test grandeur nature avec deux lycées volontaires, 900 repas ont été servis, composés à 100 % de produits locaux. Pour 2012, la Chambre d’agriculture projette de mettre en place une plateforme internet régionale où les acheteurs passent leurs commandes aux producteurs qui sont géoréférencés. Enfin, pour favoriser les circuits courts elle soutient les outils locaux tel que l’abattoir.
 
 Le label Bienvenue à la Ferme

Les attentes des consommateurs en matière alimentaire sont nombreuses : besoin de confiance et de réassurance quant à l’origine du produit et la connaissance du producteur, recherche de produits savoureux, sains et respectueux de l’environnement.

Le label Bienvenue à la Ferme (marque des Chambres d’agriculture) est un outil de communication positif et concret de l’agriculture vers le grand public. Sa stratégie de communication a récemment été revue, en effet, la marque se recentre sur la production agricole et plus particulièrement sur la notion de produits fermiers. L’offre est clarifiée autour de 4 grandes thématiques :

  •     les produits fermiers,
  •     la restauration,
  •     les loisirs (fermes pédagogiques et de découverte, accueil d’enfants…),
  •     les séjours (gîtes et chambres d’hôtes…).
S’agissant du volet “produits fermiers”, de nouveaux canaux de commercialisation peuvent désormais être labellisés (magasin de producteurs, panier, coffret cadeaux) en plus de ceux déjà existants (magasin de vente à la ferme, goûter à la ferme, casse-croûte à la ferme)
Advertisements

Rio+20 should prioritise sustainable agriculture, says Caroline Spelman

The UK secretary of state for the environment, food and rural affairs says the challenge for the UN Earth summit must be how to ‘green’ the world economy

Sustainable agriculture should be the UK’s key objective for Rio+20, according to the UK secretary of state for the environment, food and rural affairs, Caroline Spelman, who will be attending next month’s UN conference on sustainable development with the deputy prime minister Nick Clegg.

“Everywhere in the world, wherever farmers farm, should be put on a sustainable footing,” she told a Faith in Rio debate in London on Wednesday, organised by the NGOs Cafod, Christian Aid, Tearfund and Progressio. “Just imagine if we could move farmers from subsistence to sustainability,” she added, citing some farmers’ inability to store produce and water as an example of where low-key technology could make a real difference in developing countries.

Spelman gave her support to the creation of a set of sustainable development goals, which have been suggested both as an aim for Rio+20 and to inform the debate on objectives for development post-2015, when the millennium development goals, which Spelman described as “a very good model of how to drive action forward”, expire. She said the UK delegation “want to come away [from Rio] with a statement of intent and a plan of action”.

Outlining the challenges facing policymakers in Rio, and perhaps the failures of the UN Earth summit 20 years ago, which, for the first time sought to address concerns about environmental protection and social and economic development, Spelman claimed that “the poorest 20 years ago are still the poorest today”, and warned that “sustainability is not fully integrated into economic decision-making. The world’s economy needs to be greened. A green economy can’t be a subset.”

Water, land and energy should form the nexus of the SDGs, Spelman said, echoing the sentiments of the European Development Report published last week. She called for a small number of goals focused on the most critical sustainability issues. She added: “SDGs have to be relevant to individuals and meaningful at a local level. It isn’t all about carbon. The worthy and wordy zero document [the draft outcome document for Rio+20] is not going to save the planet; 400 paragraphs is not the answer.”

But Peter Price, the bishop of Bath and Wells, warned the debate that the SDGs would be “voluntary” and “aspirational” with “not very much legal pressure” to bring them into force.

Despite concerns that the non-committal attitude of the US president Barack Obama to Rio+20 will prevent any meaningful outcomes for the summit, Spelman said there was “recognition by superpowers that power is on the move. The distinction between developed and developing has begun to slip away. The economic crash has not distracted from our will to make progress on sustainable development.”

She said she was “encouraged” by the attitudes of China, Brazil, India and Russia to put growth on a sustainable footing, citing China and India’s desire for a water sustainability goal to emerge from Rio to avoid conflict over water resources, particularly in the Himalayas.

Spelman encouraged the business community to put sustainability at the heart of their decision-making and drive a green economy, saying: “Companies are asking for governance. Companies have a very good reason to put sustainability at the heart of their operations – to show, above all, that business wants this … after the disastrous consequences of unsustainable growth. The exciting thing is that businesses want to do this.”

Her view was echoed by UK insurer Aviva’s chief responsible investment officer Steve Waygood, whose company is asking world leaders at Rio+20 to commit to a convention on sustainable reporting, claiming that the Brazil gathering will be the first time corporate social responsibility has been discussed at a global summit since the 1992 summit’s declaration on CSR, which lasted only two years.

Waygood called on companies to “embed sustainability in their disclosures to the market”. The Rio+20 zero draft document calls for greater corporate responsibility, and Aviva – in coalition with NGOs, the FTSE, investment management companies and others is calling for a “report or explain” standard for companies to declare their sustainable business practices to allow consumers and investors, whether large corporate investors or individuals with pension funds, to make informed decisions about how their money is used.

“If we want responsible capitalism … so that the right companies are getting the capital, there is a massive data gap,” he said. He called on Rio+20 to deliver a mechanism to require large and listed companies to declare their thinking on sustainability, and, if they have done nothing, to explain why not. “We need a regulatory or policy vehicle to prevent us having the same conversation with different companies,” he added.

From :  Penny Woods, guardian.co.uk, Thursday 24 May 2012 15.38 BST

Profile: Local-Food Friendly City

Last weekend my husband and I took a short trip to Asheville, North Carolina, a haven for local food, local beer, and local industry. It was inspiring to see so many local-to-North-Carolina farms and businesses supported in such a big way, and Asheville is a model for how Birmingham can grow to support our local economy even more. Birmingham already has fabulous restaurants that use local ingredients, two local breweries in operation – with more on the way, and an abundance of local farms that need our support. We just need a commitment to nurturing those seeds of local industry, and we can look to our friends in Asheville to show us the way.
One of the coolest things about Asheville, and North Carolina in general, comes from the Center for Environmental Farming Systems (CEFS), a group dedicated to promoting food and farming systems as well as protecting the environment and local economies. The CEFS has sponsored the 10% campaign, the goal of which is to get consumers to commit to spending 10% of their food dollars with local growers, producers, and associated businesses. This simple change represents only a small dent in individual pocketbooks, but it stimulates local industry in a big way. Encouraging people to spend just $10 out of every $100 grocery bill with local farmers not only supports the farm economy but also encourages healthy eating through seasonal produce and can promote job growth as the need for local food increases. I see no reason why we can’t do something similar in Birmingham.
The fact that Asheville has amazing restaurants and breweries definitely doesn’t hurt the cause for local food either. And though the fall colors and proximity to the Blue Ridge Parkway are nice, we usually end up visiting Asheville just to eat and drink. I’m a fan of breakfast food, so Early Girl Eatery is always a must. They have a huge chalkboard in the front listing all the local growers they support, and though they also offer lunch and dinner, I go for my fix of country ham, biscuits, and local mixed-berry jam. A new favorite this trip was the White Duck Taco Shop. With interesting twists on the traditional taco, like the excellent Thai Peanut Chicken taco, this small business uses local and seasonal ingredients whenever they’re available. Asheville boasts XX breweries in town and the surrounding area, and most offer tours or tasting rooms onsite. Craggie Brewing Company might be one of the smallest, but their heritage-recipe Antebellum Ale, with its hint of juniper, is worthy of a larger audience. Craggie crafts organic beers and uses local ingredients to do so whenever they can. The biggest brewery, Highland Brewing Company, offers great tours everyday at 4pm, with a sample of their 5 mainstay beers included. The company is committed to sustainability, and our guide told us about an initiative North Carolina is working on to encourage local tobacco farmers to switch to growing hops (one of the main ingredients in beer), so they could possibly use all local hops in the future.
There’s a lot to enjoy about Asheville, and one of the best parts is how good it feels to know you’re supporting local farmers and industry while doing so. We have all the ingredients to be a local-food haven ourselves, and it only takes a little effort to support our farmers, restaurants, breweries, and businesses in a more dedicated way. Plus, you get to enjoy deliciousness while doing something good. I propose we adopt North Carolina’s 10% initiative or something similar. Who’s with me?
Source: Emily Brown Freshfully

Quel avenir pour les circuits courts alimentaires ?

Près d’un agriculteur français sur cinq commercialise directement sa production. Derrière l’engouement pour les circuits courts et les Amap, les modes de production et les distances d’acheminement des aliments sont très variés. Comment relocaliser nos productions agricoles ? Quel avenir pour les réseaux de distribution alternatifs ? La deuxième édition des « Rencontres des circuits courts alimentaires », le 13 mai, ont été l’occasion de revenir sur ces enjeux.
Le circuit court alimentaire a une histoire très ancienne, la vente directe ayant souvent été le principal mode de commercialisation en milieu rural, et même urbain. La période contemporaine est marquée par plus d’intermédiaires, plus d’intervention de l’agriculteur, la transformation de son métier, une évolution de la relation qu’il a construite avec le produit et de celle qu’il a construite avec le client final, appelé « consommateur ». Mais les paysans réinventent aujourd’hui la commercialisation directe au client, transforment eux-mêmes des matières premières en produits de consommation. Ce commerce sans intermédiaire occupe actuellement près d’un exploitant français sur cinq.
Les circuits courts répondent à des demandes socioculturelles des consommateurs, ils offrent le plus souvent une qualité supérieure et une meilleure traçabilité des produits commercialisés. Des exigences ont été apportées sur l’origine des produits, sur la labellisation des produits régionaux, sur la notion de produits fermiers, qui est devenue un enjeu et une pomme de discorde entre l’industrie agro-alimentaire et les producteurs fermiers. Les marques commerciales et les grandes enseignes ont en effet décliné à l’envi les termes « terroir » ou « fermier » pour appâter le client. Mais aujourd’hui, de plus en plus d’agriculteurs et de producteurs fermiers commercialisent de façon concomitante leurs produits en vente directe, sur des marchés, en point de vente collectif ou par internet.
Les circuits courts englobent des modes de production et des distances d’acheminement très variés. Qui dit circuit court ne dit pas forcément bonnes pratiques environnementales ou sociales, d’où l’importance de choisir des produits bio, de proximité, issus de pratiques équitables et transparentes dans leur fonctionnement et leur prix, et des filières à taille humaine qui excluent les grands distributeurs dont le seul objectif est le profit financier.
Quatre jours d’autonomie alimentaire en Île-de-France
La relocalisation de notre production alimentaire est donc nécessaire, et il nous faut mettre en place, en tant que citoyens, notre propre souveraineté alimentaire. En Île-de-France, l’autonomie alimentaire est de quatre jours et dépend totalement des approvisionnements à Rungis et des centrales de la grande distribution. Il nous faut donc réinventer une agriculture nourricière, respectueuse de la biodiversité et des systèmes de distribution, qui permette de nourrir sainement la population tout en rémunérant correctement ses acteurs, grâce à des outils coopératifs.
Les circuits de proximité doivent contribuer à produire cette plus grande équité et ce dialogue entre producteurs et consommateurs. Les circuits courts doivent aussi influencer l’ensemble du système agro-alimentaire à l’échelle territoriale locale ou plus large. Les formes de normalisation autour de ce que doit être une « bonne » agriculture, une « bonne » alimentation et une « bonne » organisation des échanges entre producteurs et consommateurs seront abordées à l’occasion des Courts-circuits en Seine.
Le terme « circuits courts » doit intégrer des critères sociaux et environnementaux, une exigence sur le mode de production, un objectif de partage de la valeur ajoutée.
Les rencontres 2012 posent aussi la question de la place des produits locaux bio dans la restauration collective : cultivons notre assiette ! Comment relocaliser nos productions agricoles ? Quel avenir pour les réseaux de distribution alternatifs ? Quelles actions politiques entreprendre ?

Plus d’informations et source:  Bastamag

Os Tilos tendrá desde junio un mercado semanal de cultivos de proximidad

El Concello de Teo ha cerrado el proyecto para poner en marcha en la plaza de Os Tilos un mercado semanal de productos agrícolas de proximidad, una iniciativa ya desvelada por el edil teense de Comercio de Teo, Anxo Rey, durante su comparecencia del último pleno.
El mercado funcionará en colaboración con el Sindicato Labrego Galego, siglas que ya organizaron en el municipio charlas informativas sobre agricultura ecológica y que hoy se retoman con una sesión divulgativa en Calo con un título que resume la finalidad del proyecto: «O mercado local como alternativa de futuro. A importancia dunha alimentación local e de temporada». La siguiente charla será el día 15 en Recesende. Os Tilos el día 24 y Cacheiras el 31 completan el calendario informativo.
El primer mercado será el 9 de junio en la plaza del centro comercial de Os Tilos con un mínimo de diez puntos de venta, de los que al menos la mitad corresponderán a productores de Teo, mientras que el resto serán del entorno compostelano.

Fuente y más información: La Voz de Galicia

Local towns, local food – strengthening local economies

20 June 2012 10:00 – 20 June 2012 16:00
Shine Conference Centre, Harehills Road Leeds, Leeds, LS8 5HS
Campaign to Protect Rural England in partnership with Sustain: The alliance for better food & farming are hosting an event that will examine the role and revival of towns as local food centres and how creating a strong local food web (the connections between people who produce sell and buy locally-sourced food in a local area food) can:
• boost the local economy
• improve access to high quality fresh produce
• foster local distinctiveness
• bring communities together
This conference will explore how local food activists, sector professionals, local councillors and officers (at all levels: parish, town, district, borough, city, and county) and the people involved in local food initiatives can work together to promote and enhance their local food webs.
Chaired by: Kath Dalmeny, Sustain
PLENARY SESSION:
Local Food Webs Past, Present and Future
Speakers:
• Graeme Willis, Campaign to Protect Rural England
• Frances Northrop, Transition Town Totnes
• Fran Robinson, Ledbury Food Group
WORKSHOP THEMES:
Participants can select two choices
1. How a joined up approach to local food can support the local economy & community in your town – Pete Hawkins, Taste Tideswell (other speakers to be confirmed)
2. How partnership working can build stronger local food networks – Peter Norton, Herefordshire Food Partnership (and other speakers tbc)
3. How mapping your local food network can identify the key challenges & opportunities for local food where you live – Ben Messer, Food Matters
A local food lunch will be served.

More info: Soil Association

Les circuits courts, un autre mode de distribution

Par Sébastien Lantenois, gérant de TerroirBio société établie à Aubagne (Bouches-du-Rhône), spécialiste de la vente par Internet de paniers bio issus de petits producteurs régionaux de toute la France.
AMAPs, paniers, boutiques en lignes ou magasins, les modèles de circuits courts de distribution de fruits et légumes prennent une place importante dans le paysage commercial français. Lancés au début des années 2000 en France, les premiers circuits courts de distribution avaient vu le jour au Japon et en Allemagne dans les années 60 avec pour objectif : moins d’engrais, de pesticide, de transport pour une meilleure qualité des produits.
Développés préalablement sous forme d’AMAPs (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne – un groupement de consommateurs achète à l’avance la production d’un producteur), les circuits courts se sont depuis multipliés aussi bien en nombre qu’en types de structure.
L’AMAP semble passée un peu de mode : le concept d’un panier de composition imposé toutes les semaines montrant vite une inadaptation aux contraintes de la vie urbaine. Une grande part du marché a donc été investie par des structures commerciales (associatives ou non) proposant plus de liberté dans le choix des produits.
Aujourd’hui, le marché est encore en évolution et ce sont des structures type épiceries de quartier (en zones urbaines) ou magasins de producteurs (dans la périphérie des zones de production) qui sont en pleine expansion et semblent le plus en adéquation avec les souhaits des consommateurs. Le développement de ces structures est aussi fortement valorisé par les pouvoirs publics locaux soucieux tout comme une partie de leurs administrés de la stabilité économique de leur territoire.
Mutualisation des transportsLes circuits courts de distribution nécessitent une logistique importante car les productions sont éloignées des zones de consommation. Ce sont les producteurs qui prennent en charge cette logistique dans le cas des AMAPs. Les structures commerciales mettent en place leur propre logistique (équipement en camions, tournée de ramassage des produits…).
Certaines se regroupent pour mutualiser les transports ce qui leur permet de pouvoir élargir leur gamme de produits disponibles et leur zone d’achalandage. Un gros travail logistique est cependant nécessaire à cette filière si elle veut pouvoir se développer d’avantage et conquérir de nouveaux marchés comme la restauration collective.
Les circuits courts représentent aujourd’hui sur Marseille environ 200 tonnes de fruits et légumes par mois dont plus des deux tiers sont produits en agriculture biologique.
Leur positionnement sur des produits bio est une nécessité aussi bien en termes d’image qu’en terme économique. Leur logistique n’étant pas assez développée, il parait inenvisageable de les voir prendre une part importante du marché des fruits et légumes conventionnels (trop de volumes à transporter par rapport à la rentabilité).
Ils prennent par contre une bonne partie du marché des fruits et légumes bio car ce sont des produits de conservation limitée (intérêt des circuits courts) et consommés par une population sensibilisée à l’environnement et à l’économie sociale locale.

Source et plus d’information: Econostrum

COCINA DE PROXIMIDAD KM. 0. GASTROBOTÁNICA.

El martes 8 de mayo, a las 17 h., en el Salón de Actos del Edificio Germán Bernacer de la Universidad de Alicante, en el marco del curso Experto Universitario en dirección de empresas de hostelería, y dentro de las sesiones de la Cátedra Prosegur -con la que colabora el Círculo de Economía de la Provincia de Alicante- sobre talento directivo, se celebró la mesa redonda sobre “Gestión del Talento e Innovación en la Restauración. Cocina de proximidad, Km. 0. Gastrobotánica”, con una asistencia de 130 personas.
Abrió la sesión el Decano de la Facultad de Económicas y Empresariales de la U.A., Dr. Juan Llopis, que dio la bienvenida institucional a la Universidad a todos los asistentes, destacando la importancia de la restauración en nuestra provincia como uno de los motores del sector turístico capaces de apoyar la salida de la crisis. Decía el profesor Llopis “o inventamos cosas que no sabemos o aprovechamos lo que sí sabemos”, y de restauración sí sabemos y tenemos la obligación de ponerla en valor para convertirla en un foco que potencie el turismo y, por tanto, aporte su grano de arena para combatir la situación aún muy difícil en que se encuentra nuestro país, la Comunidad Valenciana y nuestra provincia.
El primer ponente, Juan Cascant, aportaba su visión de que la crisis actual va más allá de la evidente crisis financiera; es más de modelo económico –decía- y afecta también al modelo gastronómico, que hoy prima los grandes eventos y la alta cocina, obviando la cocina de base, lo que lo aleja de los pequeños productores locales que en estas condiciones tienen muchas dificultades para mantener la actividad.
El minifundio y el labrador trabajándolo forman parte de la esencia de nuestra identidad, y con  su participación en la actividad económica, la alimentación adquiere una dimensión social y cultural –reafirmando el concepto de gastronomía como el estudio de la relación del hombre con su alimentación y el entorno-, pero para eso, Juan reivindicaba la necesidad de una complicidad mucho más evidente entre los productores de nuestra tierra y los empresarios de hostelería, así como el apoyo de los medios, como ocurre en otras tierras, como el País Vasco. ¿Por qué no aquí?, se preguntaba el ponente.
El segundo ponente, Evarist Miralles, del Restaurante el Bollit, representante español en el certamen Bocusse D´or 2012, celebrado en Bélgica, se mostró absolutamente partidario de la cocina con productos de proximidad. Planteaba, como propone en su restaurante, una cocina autóctona y de proximidad basada en el producto tradicional, elaborado con la metodología de siempre –lógicamente sin renunciar  productos complementarios procedentes de entornos más alejados-. Evarist se confesaba muy partidario de la “cocina mediterránea” que es, decía, verdad, proximidad y honestidad.
Fuente y más información: Circulo de Economia de Alicante