De la table à l’étable : il n’y a qu’un pas

English: Local food cartoon created for Transi...

English: Local food cartoon created for Transition Town Worthing (Photo credit: Wikipedia)

Les Artisans Bouchers privilégient les circuits courts. En contact direct avec l’éleveur en amont et le consommateur en aval, la “confiance” constitue le maître-mot. “De l’étable à la table, il n’y a qu’un pas”, insiste Philippe Wallois, secrétaire général du Syndicat des Bouchers de la Manche.

Comment a évolué le métier d’artisan boucher depuis 20 ans ?
“Il a été bouleversé tant dans le bon sens que parfois un peu trop vite au détriment de certains critères. Une des grosses difficultés à laquelle nous avons eu à faire face est la disparition des abattoirs publics. Dans la Manche, nous ne disposons plus que de Cherbourg et St-Hilaire-du-Harcouët. Il faut impérativement sauvegarder ces outils locaux d’abattage de proximité pour préserver les spécificités de notre filière avec des bouchers traditionnels qui vont acheter les bêtes chez les agriculteurs pour les revendre dans leur magasin. Le consommateur aime cette proximité. Nous pouvons lui dire où l’animal a été acheté. Où il a été abattu. Une relation de confiance s’établit. Si un jour nous venions à perdre ce type d’outil, nous ne pourrions plus travailler de la même manière.” Philippe Wallois.

Source : agriculteur-normand

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s