Terres volées : comment la surconsommation en Europe alimente les conflits fonciers dans le monde

Cow of at road side in residential area of the...

Cow of at road side in residential area of the village (Photo credit: Wikipedia)

L’ONG les Amis de la Terre publie un rapport qui examine les liens souvent occultés entre nos pratiques de consommation, les besoins en terre qui en découlent, et ainsi leur impact sur la sécurité alimentaire au Sud.

Contrairement à la croyance populaire, la faim n’est pas due à un manque global de nourriture produite dans le monde. Elle résulte de la pauvreté d’une partie de la population mondiale qui n’a pas accès aux ressources et moyens de production suffisants pour produire ou acheter des aliments en quantité suffisante. Mais nous n’avons pas toujours une idée très claire dont la façon dont nos modes de consommation peuvent être liés à cette insuffisance d’accès aux ressources dans les pays où la faim sévit. Pourtant l’accès à la terre est particulièrement menacé avec la pression exercée par une demande sans cesse croissante en nourriture, mais aussi en énergie, en bois pour fabriquer papier et meuble, en matières minérales extraites pour construire nos maisons et nos routes, sans oublier les minerais pour nos ordinateurs et téléphones portables. Dans tous les produits que nous consommons, nous consommons aussi les terres “incorporées”, c’est-à-dire utilisées tout au long de la chaîne de production. D’immenses étendues sont nécessaires pour faire fonctionner nos sociétés industrialisées.

Source:  www.alimenterre.org

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s